Chapitre III(23-09)

Aux cours des différentes actions menées, ces partenaires sont amenés à ...... de puissance d'un générateur photovoltaïque associé à un hacheur ''boost'' et à ...


un extrait du document

Les méthodes d’optimisation du (MPPT)

III-1 Introduction :
La puissance électrique produite par un panneau photovoltaïque dépend fortement de l'ensoleillement et à un degré moins important de la température des cellules. Ces deux variables influençant sur le comportement du système et présentent des fluctuations quotidiennes et saisonnières. Pour ces raisons, le panneau photovoltaïque ne peut fournir une puissance maximale que pour une tension particulière et un courant bien déterminé ; ce fonctionnement à puissance maximale dépend de la charge à ses bornes. A cet effet et en fonction du type de cette charge, un dispositif de contrôle devra être intégré dans le circuit de commande du convertisseur. Ce dernier doit être capable de faire fonctionner le panneau photovoltaïque à sa puissance maximale. La méthode de suivi ou "Tracking" connue sous le nom MPPT (Maximum Power Point Tracking) est basée sur l'utilisation d'un algorithme de recherche du maximum de la courbe de puissance du panneau photovoltaïque. Contrairement au contrôle à tension fixe, le tracking n'est pas basé sur une valeur de référence prédéterminée mais il s'agit d'une recherche de la valeur de référence pour atteindre le maximum de la puissance sur la caractéristique courant–tension. A noter que le tracking joue un rôle très important parce qu'il maximise le rendement et réduit au maximum le coût [19].

III-2 Constitution d’un générateur photovoltaïque:
La cellule photovoltaïque élémentaire constitue un générateur de très faible puissance vis-à-vis des besoins de la plupart des applications domestiques ou industrielles. Une cellule élémentaire de quelques dizaines de centimètres carrés délivre, au maximum, quelques watts sous une tension inférieure au volt (tension de jonction PN). Pour produire plus de puissance, plusieurs cellules doivent être assemblées afin de créer un module ou un panneau photovoltaïque. La connexion en série des cellules permet d’augmenter facilement la tension de l’ensemble, tandis que la mise en parallèle permet d’accroître le courant. Le câblage série/parallèle est donc utilisé pour obtenir globalement un générateur PV aux caractéristiques souhaitées [20].



III-2-1 Protections classiques d’un GPV :
Pour garantir une durée de vie importante d’une installation photovoltaïque destinée à produire de l’énergie électrique sur des années, des protections électriques doivent être ajoutées aux modules commerciaux afin d’éviter des pannes destructrices liées à l’association de cellules en séries et de panneaux en parallèles. Pour cela, deux types de protections classiques sont utilisés dans les installations actuelles figure (III-1) :

Figure III-1 Exemples d'association sécurisée de deux modules PV commerciaux en parallèles avec leurs diodes de protections.


- la diode anti-retour empêchant un courant négatif dans les GPV. Ce phénomène peut apparaître lorsque plusieurs modules sont connectés en parallèle, ou bien quand une charge en connexion directe peut basculer du mode récepteur au mode générateur, par exemple une batterie durant la nuit.
- les diodes by-pass peuvent isoler un sous-réseau de cellules lorsque l’éclairement n’est pas homogène évitant ainsi l’apparition de points chauds et la destruction des cellules mal éclairées. La mise en conduction de ces diodes affecte la caractéristique de sortie du générateur, comme illustré sur la figure (III-2) [20], par la perte d’une partie de la production d’énergie et par la présence de deux maximums de puissance.

Figure III-2 Effet de la diode by-pass sur la caractéristique I(V) d’un générateur photovoltaïque [21].

III-2-2 Connexion directe entre la source et la charge :
Dans le cas d’une connexion directe qui est finalement aujourd’hui l’utilisation terrestre la plus répandue de l’énergie solaire, le point de fonctionnement du GPV dépend de l’impédance de la charge à laquelle il est connecté.
Actuellement, ce type d’application peut se résumer à un champ photovoltaïque ayant une tension VOPT fixée par la tension nominale de l’application. Ce choix est principalement lié à la simplicité, la fiabilité et le faible coût de l’opération figure (III-3). La présence de la diode anti-retour est indispensable pour empêcher la circulation d’un courant négatif vers le module PV.

Figure III-3 Principe d’une connexion directe entre un GPV et une charge.
Cependant, cette configuration n’offre aucun type de limitation et/ou de réglage de la tension de la charge. Ce qui la restreint à des applications nécessitant une tension fixe ou faiblement variable. Par exemple, le cas de batteries de stockage dans les systèmes isolés.
Cependant, un examen plus approfondi de ces applications montre que même dans ce cas, le transfert d’énergie électrique disponible aux bornes du GPV vers la charge dépend fortement de l’état de la batterie ayant une tension à ses bornes variant d’un pourcentage non négligeable. Plus généralement, la puissance extraite d’un GPV connectée directement à une application est souvent très éloignée du maximum de puissance que peut délivrer le GPV, comme l’illustre la figure (III-4).

Figure III-4 Points de fonctionnement d'un GPV en connexion directe, en fonction de la charge.
Comme le schématise la figure 2.8, un GPV peut être connecté directement à trois types de charges :
- une charge de type source de tension continue,
- une charge de type source de courant continue,
- une charge purement résistive.
Trois points de fonctionnement A, B, C respectifs peuvent être identifiés fournissant une puissance PA, PB et PC. Ces cas de figures montrent que le GPV est mal exploité et ne fournit pas la puissance maximale potentielle, la différence étant perdue sous forme de chaleur dissipée dans le générateur.
D’autre part, certains types de charges ont besoin de tensions et courants alternatifs. La connexion directe n’est alors pas possible car le GPV fournit un courant continu.
A travers ces exemples, on peut montrer rapidement les limites de la connexion directe autant sur les pertes de production qu’elle entraîne que sur les limites des applications compatibles (DC). Des recherches sur des solutions novatrices optimisant mieux la production d’énergie PV sont d’actualité et même nécessaires pour amener l’énergie PV à un degré de fiabilité comparable à une source d’énergie traditionnelle [22].

III-2-3 L’étage d’adaptation:
Comme illustré précédemment, le point de fonctionnement peut se trouver plus ou moins éloigné du PPM, voir ne pas exister. Ce dernier cas se produit par exemple, lorsqu’une batterie connectée à un GPV, présente une tension de batterie systématiquement supérieure à la tension de circuit ouvert du générateur photovoltaïque (VOC). Alors, aucun transfert de puissance ne peut avoir lieu. Ainsi, l’un des intérêts à introduire un étage d’adaptation comme indiqué sur la figure (III-5), est d’assurer que le transfert d’énergie est toujours possible et qu’il peut s’effectuer dans des conditions de fonctionnement optimales pour la source PV et la charge. Pour cela, il suffit d’effectuer un choix sur l’étage d’adaptation selon ses propriétés de conversion de puissance et la présence d’au moins un degré de liberté lui permettant d’adapter les tensions et les courants autant en valeur qu’en forme entre son port d’entrée et son port de sortie pour respecter au mieux les contraintes d’une part du GPV et d’autre part, de la charge. L’électronique de puissance largement utilisée dans divers domaines de la conversion d’énergie offre plusieurs solutions potentielles sous forme de convertisseurs statiques (CS).
En résumé, selon l’application et le degré d’optimisation de production souhaités, l’étage d’adaptation entre le GPV et la charge peut être constitué d’un ou plusieurs convertisseurs statiques et permet d’assurer les fonctions suivantes :
- adapter les niveaux de tensions entre la source et la charge dans de grandes proportions si nécessaire (convertisseur Buck, Boost,….),
- introduire une isolation galvanique (convertisseur Flyback, Forward,…),
- connecter une charge avec des besoins d’alimentation de type alternative (onduleur).

Figure III-5 Connexion d’un GPV à une charge à travers un étage d’adaptation.


Il est à remarquer que l’étage d’adaptation ne remplace pas forcément les protections électriques évoquées dans la section (III-2-1), pour que le GPV fonctionne dans de bonnes conditions et ait une durée de vie importante. Ainsi, dans la plupart des cas, les protections initiales de diodes by-pass et de diodes anti-retour sont également indispensables lors d’une connexion à l’aide d’un étage d’adaptation.
L’introduction d’un étage d’adaptation permettant de fixer le point de fonctionnement du GPV indépendamment de celui de la charge, permet l’extraction de la puissance optimale.
L’ensemble peut fonctionner de façon idéale, si diverses boucles de contrôle en entrée et en sortie de l’étage d’adaptation sont prévues. En entrée, elles garantissent l’extraction à chaque instant, du maximum de puissance disponible aux bornes du GPV. Et en sortie, des boucles de contrôle spécifiques permettent un fonctionnement optimal de chaque application dans son mode le plus approprié. Les techniques utilisées classiquement pour les boucles de contrôle en entrée consistent à associer à l’étage d’adaptation une commande appelée MPPT (de l’anglais
Maximum Power Point Tracking) qui effectue une recherche permanente du PPM, [23].
Cependant, en pratique, pour que l’étage d’adaptation joue le rôle d’interface idéale (sans pertes) entre les deux éléments, plusieurs conditions sont à respecter :
- le type d’action de contrôle sur le port d’entrée ne doit pas générer des pertes en régime statique ou transitoire.
- le transfert de la puissance du GPV ne doit pas être minimisé par les diverses pertes liées au fonctionnement de l’étage d’adaptation.

III-3 Caractéristiques type d’un générateur photovoltaïque.
Le capteur photovoltaïque est décrit par ses caractéristiques électriques le courant en fonction de la tension (I=f(V)) figure (III-6); Cette modélisation est utilisée généralement pour approximer la sortie du capteur (tension, courant) en fonction de deux entrées qui sont la température et l’éclairement reçu par le capteur figure (III-7). Le courant généré par le module photovoltaïque à une tension donnée dépend uniquement de l’éclairement et de la température de la cellule. A température et éclairage constants, le rendement d’une cellule solaire dépend de la charge dans le circuit électrique. En circuit ouvert (Rc = ", I = 0, V = Voc) ou en court-circuit (Rc = 0, I = Icc, V= 0), aucune énergie n est transmise à l extérieur. Entre ces deux extrêmes, il existe une valeur optimale Ropt de la résistance de charge Rc pour laquelle la puissance P=Vmax(Imax fournie par la cellule solaire à la résistance de charge est maximale, et vaut Pmax.

Figure III-6 : Caractéristiques type d’un générateur photovoltaïque.





Figure III-7 Schéma bloc de générateur photovoltaïque.

Le rendement énergétique de la cellule solaire est défini par, où est la puissance lumineuse incidente sur la surface de la cellule. Pour la valeur optimale Ropt de la résistance de charge Rc, le rendement de la cellule solaire est maximum, et vaut . La valeur Ropt n’est pas une constante caractéristique pour une cellule donnée, mais dépend du spectre du rayonnement incident et de la température de la jonction. En fait, le rendement diminue lorsque la température augmente, ce qui conduit parfois à construire des capteurs hybrides résultant de la combinaison d’un capteur thermique et d’une cellule solaire, qui permettent de produire simultanément de l’eau chaude et d’augmenter le rendement photovoltaïque en refroidissant la cellule. La puissance fournie par la cellule solaire (P= I× V) et son rendement dépendent du matériau utilisé et de la technologie de fabrication (silicium amorphe, silicium polycristallin, silicium monocristallin), de la géométrie de la jonction (épaisseur des couches, multicouches, etc.) et des paramètres extérieurs (température, spectre et puissance du rayonnement incident, circuit électrique extérieur connecté à la cellule, etc.) [24].

III-4 Principe de la recherche du point de puissance maximal:
III-4-1 Généralités:
Des lois de commandes spécifiques existent pour amener des dispositifs à fonctionner à des points maximums de leurs caractéristiques sans qu’a priori ces points soient connus à l’avance, ni sans que l’on sache à quel moment ils ont été modifiés ni qu’elles sont les raisons de ce changement. Pour le cas de sources énergétiques, cela se traduit par des points de puissance maximum. Ce type de commande est souvent nommé dans la littérature « Recherche du Point de Puissance Maximum » ou bien « Maximum Power Point Tracking » en anglo-saxon (MPPT). Le principe de ces commandes est d’effectuer une recherche du point de puissance maximal (PPM) tout en assurant une parfaite adaptation entre le générateur et sa charge de façon à transférer le maximum de puissance.
La figure (III-8) représente une chaîne élémentaire de conversion photovoltaïque élémentaire associée à une commande MPPT. Pour simplifier les conditions de fonctionnement de cette commande, une charge DC est choisie. Comme nous pouvons le voir sur cette chaîne, la commande MPPT est nécessairement associée à un quadripôle possédant des degrés de liberté qui permettent de pouvoir faire une adaptation entre le GPV et la charge. Dans le cas de la conversion solaire, le quadripôle peut être réalisé à l’aide d’un convertisseur DC-DC de telle sorte que la puissance fournie par le GPV corresponde à la puissance maximale (PMAX) qu’il génère et qu’elle puisse ensuite être transférée directement à la charge.

Figure III-8 Chaîne élémentaire de conversion photovoltaïque.


La technique de contrôle communément utilisée consiste à agir sur le rapport cyclique de manière automatique pour amener le générateur à sa valeur optimale de fonctionnement qu’elles que soient les instabilités météorologiques ou variations brutales de charges qui peuvent survenir à tout moment.
La figure (III-9) illustre trois cas de perturbations. Suivant le type de perturbation, le point de fonctionnement bascule du point de puissance maximal PPM1 vers un nouveau point P1 de fonctionnement plus ou moins éloigné de l’optimum. Pour une variation d’ensoleillement (cas a), il suffit de réajuster la valeur du rapport cyclique pour converger vers le nouveau point de puissance maximum PPM2. Pour une variation de charge (cas b), on peut également constater une modification du point de fonctionnement qui peut retrouver une nouvelle position optimale grâce à l’action d’une commande. Dans une moindre mesure, un dernier cas de variation de point de fonctionnement peut se produire lié aux variations de température de fonctionnement du GPV (cas c). Bien qu’il faille également agir au niveau de la commande, cette dernière n’a pas les mêmes contraintes temporelles que les deux cas précédents. En résumé, le suivi du PPM est réalisé au moyen d’une commande spécifique nommée MPPT qui agit essentiellement sur le rapport cyclique du convertisseur statique (CS) pour rechercher et atteindre le PPM du GPV.























Figure III-9 Recherche et recouvrement du Point de Puissance Maximal
a) suite à une variation d’ensoleillement.
b) suite à une variation de charge.
c) suite à une variation de température.
Il existe plusieurs principes de fonctionnement des commandes MPPT plus ou moins performantes basées sur les propriétés du GPV. Une synthèse des principaux modes de recherche du PPM existants dans ce chapitre nous a permis de bien identifier l’existant et les points qu’il restait à améliorer.

III-4-2 Synthèse des différentes MPPT rencontrées dans la littérature:
Diverses publications sur les commandes assurant un fonctionnement de type commande MPPT apparaissent régulièrement dans la littérature depuis 1968, date de publication de la première loi de commande de ce genre, adaptée à une source d’énergie renouvelable de type photovoltaïque [19]. Etant donné le grand nombre de publications dans ce domaine, nous avons fait une classification des différentes MPPT existantes en les regroupant selon leur principe de base. La classification, en plus du principe, s’est effectuée selon des critères comme la précision de la recherche ou sa rapidité pour en faire une évaluation comparative. Seuls les algorithmes qui nous semblent décrire une méthode de recherche spécifique sont reportés dans ce manuscrit et brièvement analysés.

III-4-2-1 Les premiers types de commande MPPT :
L’algorithme mis en œuvre dans les premières commandes MPPT était relativement simple. En effet, les capacités des microcontrôleurs disponibles à l’époque étaient faibles et les applications, surtout destinées au spatial avaient beaucoup moins de contraintes en variation de température et d’éclairement que les applications terrestres. Appliqué initialement au photovoltaïque, son principe a d’abord été décrit par A.F. Boehringer [11]. Cette commande est basée sur un algorithme de contrôle adaptatif, permettant de maintenir le système à son point de puissance maximum (PPM). Ce dernier est décrit en figure (III-10) et peut être implanté entièrement en numérique.

Figure III-10 Principe de la première commande MPPT numérique [11].

Il consiste à calculer la puissance à l’instant ti à partir des mesures de (IPV et VPV), et de la comparer à celle stockée en mémoire, correspondant à l’instant ti-1. De-là, un nouveau rapport cyclique (D) sera calculé et ensuite appliqué au convertisseur statique. Ce principe est toujours valable du point de vue théorique, il est appliqué de nos jours sur des algorithmes numériques plus performants. Cependant, le temps de réaction a été amélioré ainsi que la précision de la recherche du PPM associée à un certain nombre de précautions pour ne pas perdre le PPM même temporairement.

III-4-2-2 Les commandes MPPT à algorithmes performants:
Dans la littérature, nous pouvons trouver différents types d’algorithmes effectuant la recherche du PPM [25]. Les trois méthodes les plus couramment rencontrées sont communément appelées respectivement Hill Climbing, Perturb&Observ (P&O) et l’incrément de conductance (IncCond). Dans notre travail on s’intéresse par la méthode Perturb&Observ (P&O, nous rappelons brièvement le principe de cette méthode.

Principe des commandes “Perturb and Observe” (P&O) :
Le principe des commandes MPPT de type P&O consiste à perturber la tension VPV d’une faible amplitude autour de sa valeur initiale et d’analyser le comportement de la variation de puissance PPV qui en résulte [27] Ainsi, comme l’illustre la figure (III-11), on peut déduire que si une incrémentation positive de la tension VPV engendre un accroissement de la puissance PPV, cela signifie que le point de fonctionnement se trouve à gauche du PPM.
Si au contraire, la puissance décroît, cela implique que le système a dépassé le PPM. Un raisonnement similaire peut être effectué lorsque la tension décroît. A partir de ces diverses analyses sur les conséquences d’une variation de tension sur la caractéristique PPV(VPV), il est alors facile de situer le point de fonctionnement par rapport au PPM, et de faire converger ce dernier vers le maximum de puissance à travers un ordre de commande approprié.
En résumé, si suite à une perturbation de tension, la puissance PV augmente, la direction de perturbation est maintenue. Dans le cas contraire, elle est inversée pour reprendre la convergence vers le nouveau PPM.














Figure III-11Caractéristique PPV (VPV) d’un panneau solaire.

La figure (III-12) représente l’algorithme classique associé à une commande MPPT de type P&O, où l’évolution de la puissance est analysée après chaque perturbation de tension. Pour ce type de commande, deux capteurs (courant et tension du GPV) sont nécessaires pour déterminer la puissance du PV à chaque instant.



















Figure III-12 Algorithme type de la méthode P&O [28].

La méthode P&O est aujourd’hui largement utilisée de par sa facilité d’implémentation, cependant elle présente quelques problèmes liés aux oscillations autour du PPM qu’elle engendre en régime établi car la procédure de recherche du PPM doit être répétée périodiquement, obligeant le système à osciller en permanence autour du PPM, une fois ce dernier atteint. Ces oscillations peuvent être minimisées en réduisant la valeur de la variable de perturbation. Cependant, une faible valeur d’incrément ralenti la recherche du PPM, il faut donc trouver un compromis entre précision et rapidité. Ce qui rend cette commande difficile à optimiser.
Par contre, une étude comparative entre différents algorithmes de recherche a été effectuée par D. P. Hohm en 2000 [26]. Dans cet article, l’auteur a développé un banc de mesure et une procédure de test qui permettent d’évaluer différentes commandes MPPT sous les mêmes conditions climatiques durant une journée de fonctionnement. Les principes de recherche analysés sont, outre la méthode P&O, l’incrément de conductance et une méthode basée sur la mesure de la tension en circuit ouvert (VOC), détaillées toutes deux dans la suite du document. Il ressort de cette étude que la commande MPPT testée basée sur le principe P&O [29] affiche un rendement MPPT de l’ordre de 96,5 %, cependant aucune indication n’est fournie par l’auteur sur la valeur de la variable d’incrémentation et si cette valeur est une valeur moyenne ou une valeur liée aux conditions climatiques. En effet, il est connu que ce type de commande permet d’obtenir un rendement plus important durant une journée relativement ensoleillée, où le PPM évolue lentement et proportionnellement au soleil.
Par contre pour une journée présentant de forts changements d’irradiations très fréquents, cette commande présent plus de pertes, engendrées par le temps de réponse de la commande pour atteindre le nouveau PPM.
En effet, si on analyse en détail ce mode de recherche, il présente des erreurs d’interprétation au niveau de la direction à suivre pour atteindre le PPM lorsque des variations brusques des conditions climatiques ou/et de charge apparaissent, comme cela est décrit sur la figure (III-13).









Figure III-13 Divergence de la commande P&O lors de variations d’irradiation.

Pour comprendre, prenons l exemple d un éclairement donné, noté E1, avec un point de fonctionnement se situant en A. Suite à une perturbation de tension de valeur ”V, ce dernier bascule en B, impliquant, dans un fonctionnement sans variation d éclairement, une inversion du signe de la perturbation due à la détection d’une dérivée de la puissance négative entrainant en régime d’équilibre, des oscillations autour du PPM causées par la trajectoire du point de fonctionnement entre les points B et C. On peut noter que des pertes de transfert de la puissance seront plus ou moins importantes en fonction des positions respectives des points B et C par rapport à A. Lors d’un changement d’irradiation (évolution des caractéristiques P(V) du module de (E1 à E2), le point de fonctionnement se déplace alors de A vers D, qui est interprété dans ce cas-là, par une variation positive de la puissance. Le système n’ayant pas la possibilité de voir l’erreur de trajectoire lié au changement de caractéristique, le signe de la perturbation ne change pas et le système s’éloigne momentanément du PPM en direction du point E. Au mieux, ceci occasionne une non-optimisation de la puissance momentanée.
Cependant, dans le pire des cas, le système de recherche peut se perdre et se retrouver en butée, soit en circuit ouvert soit en court-circuit entraînant une perte définitive du PPM. Ceci entraînant, en cas de conditions météorologiques défavorables de fortes lacunes au niveau de la commande [28].

III-5 Conclusion :
Dans ce chapitre, une analyse théorique montre que le choix optimal de point de fonctionnement par la méthode P&O présentée est particulièrement approprié où les variations rapides de l’éclairement se produisent en raison des conditions climatiques. Mais il existe des inconvénients de cette technique, tel que celui du cas de changement rapide des conditions atmosphériques (nuage mobile) ; dans ce cas, cette méthode peut déplacer le point de fonctionnement dans une direction fausse par rapport à l'ondulation.









Chapitre III : Les méthodes d’optimisation du (MPPT)




Caractéristique d’un générateur PV lorsque l’un des sous réseaux est isolé par la diode by-pass.

%&'